Référencement
(Référencement)

Le référencement naturel : kezako ?

Le résultats affichés par Google lorsque vous tapez des mots clefs affichent deux types de résultats :

  • Les annonces adwords : ce que l’on appelle le référencement payant.
  • Les résultats naturels, qui sont le fruit du calcul par Google de divers facteurs (accessibilité du site, notoriété, historique, liens entrants, etc.) pour afficher et classer les sites les plus pertinents concernant la requête.

référencement google page de résultats

Pourquoi travailler le référencement naturel ?

Améliorer le référencement naturel permettra de bénéficier de trafic dit "gratuit" provenant de Google et de développer la notoriété sur des sujets, produits ou solutions où votre entreprise, association, client ... souhaite se positionner.

Incidemment, cela va jouer sur les ventes et/ou accroître la clientèle d'un site e-commerce, ou bien faire connaître les services et solutions si vous ne vendez pas directement en ligne. Bref, l’entreprise d’aujourd’hui a tout intérêt à se positionner sur les expressions stratégiques pour son business, mais aussi son image et sa notoriété.

La pyramide SEO

La pyramide SEO des bonnes pratiques

Voici une pyramide qui présente les différentes étapes d’une prestation de référencement naturel. Le choix de la pyramide a du sens et permet de comprendre les étapes d’un travail d’optimisation du référencement : définissez et hiérarchisez vos objectifs en ciblant vos mots clefs stratégiques, proposez du contenu de qualité, puis travaillez sur la création de liens entrants et les médias sociaux.

1/ La recherche et le ciblage des mots clefs

A la différence de la pyramide de SEOMoz, on pourrait placer cette étape en premier, c’est la base du référencement naturel, la planification stratégique sur laquelle tout le reste va se baser.

(Comme dans l'étape du cahier des charges, on suivra toujours une méhode de planification pour parvenir à un résultat optimum)

Concrètement, mettez à plat l’ensemble de vos produits, solutions et services, ainsi que les concepts reliés à votre business, et listez-les : ce sont les mots clefs que vous devrez utiliser dans votre contenu éditorial, ainsi que dans dans vos metatags "title" et "description".(cf. cours html)

Si votre entreprise cible une région, une ville ou un quartier, il peut être intéressant de les mentionner, dans votre contenu éditorial comme dans les metatags.

TIPS : Pour trouver des synonymes ou élargir le champs sémantique des mots clefs que vous avez défini et que vous souhaitez cibler, utilisez le générateur de mots clefs de Google. Il vous permettra aussi de voir la concurrence éventuelle sur les mots clefs que vous visez. La concurrence peut-être rude sur certaines expressions. Ciblez des expressions locales (service + lieu) pour commencer, cela sera plus simple de vous classer. Enfin, Google suggère des requêtes quand vous commencez à taper une expression... une bonne source pour choisir et hiérarchiser vos objectifs.

Cette liste est essentielle et vous permettra :

  • d’optimiser les metatags "title" et "description" des pages du site

  • d’utiliser ces mots clefs dans le maillage interne : privilégiez des liens internes contenant des mots clefs explicites aux mots clefs type "cliquer là" ou "en savoir plus"
  • lors de la création de liens entrants, ce sont sur ces mots clefs ("ancre"ou"anchor") que devront se trouver vos liens.

2 / Le contenu du site : les critères "on-site"

Sous cette dénomination, on parle autant des critères techniques pour optimiser le site que du contenu éditorial. C’est la base, pour que votre site puisse être référencé, il faut que les robots de Google (googlebots) puissent y accéder et le parcourir, et pour cela il existe des moyens pour aider Google à parcourir et comprendre votre site web. Non seulement le contenu doit être accessible, mais aussi "intéressant" ou "pertinent".

Soigner le contenu éditorial : Par contenu éditorial, on entend autant les textes, que les éventuelles images, infographies et vidéos. C’est essentiel, un bon contenu va attirer des visiteurs et pouvoir être partagé. Google peut surveiller la performance de votre contenu par la durée de visite de vos visiteurs sur vos pages, le nombre de pages vues par visite, le taux de rebond : il vaut mieux des visiteurs passant 5 minutes sur votre page que 10 secondes, c’est un signal évident de qualité ou non. Ces données sont récupérées par la barre google, via le navigateur chrome (+ de 25% de parts de marché) et le taux de rebond sur les pages de résultats.

TIPS : Il est encore très compliqué pour les serveurs de mesurer le temps effectif passé sur une page. L'algorythme de Google juge cette info pertinente tout en sachant qu'elle n'est pas fiable à 100%.

Assurer  un contenu éditorial original : pas de copier / coller de textes existant ailleurs sur le web, vous devez vous astreindre à écrire (ou réécrire) tous les textes de votre site sous peine de pénalité de Google. Le contenu dupliqué au sein même du site sur différentes pages est aussi à éviter. Le e-redacteur est un nouveau métier sur la toile, qui consite à rédige un contenu exclusif et pertinent contre retribution.

Oublier les balivernes de la densité de mots clés  : écrivre un contenu intéressant, lisible pour l’internaute, en intégrant en effet les mots clefs pertinents, mais n’allez pas croire qu’en intégrant 20 fois votre mot clef dans votre texte de 100 mots, vous vous classerez mieux : pire, vous risqueriez même d’être pénalisés.

Mettre à jour les pages, faire évoluer le site : l'algorythme de Google (PANDA) apprécie la nouveauté et le contenu mis à jour, c’est là qu'un site administrable aisément est une bonne option.( ex: Création d'une catégorie "actualité" dans un site wordpress, que le client pourra régulièrement et facilement alimenter)

Les Metatag "Title", "Description" et le tag "H1" : Inclus dans le code HTML de votre page, ils doivent absolument exister sur toutes vos pages, et être uniques (jamais deux fois le même titre ou la même description). Limites techniques : 50 caractères pour le metatag Title, 160 pour le metatag description. Utilisez les mots clefs que vous aurez défini dans le point 1. ci-dessus. L’idée c’est de rédiger de manière à ce que cela soit pertinent et accrocheur pour un visiteur éventuel, mais que dans le tas vos mots clefs (ou des mots connexes) apparaissent. (cf. cours html)

Une description "Alt" sur toutes vos images : décrivez chaque image en quelques mots dans la balise appropriée, limite de 50 caractères. (cf. cours html)

Les permaliens ou URL : Préférer les URL parlantes, claires et courtes à des URL dynamiques. Ex : http://e-formation.forma-web.org/mod/folder/view.php?id=62 pas clair, en revanche http://e-formation.forma-web.org/mod/folder/view.php?id=cours_ html_partie_ 1

Arborescence du site en silos : organiser votre site par thèmes. Il faut priviligier l'arborescence en catégories.

Le maillage interne : lier les pages les unes aux autres, pour que les robots de Google parcourent l’ensemble du site. Utiliser les mots clefs définis dans le premier point pour ancres des liens. La même ancre (=texte du lien) à travers le site devrait toujours pointer vers la même page.

TIPS : FLASH est quasiment incompréhensible pour les moteurs de recherche. Il est esthétique, mais ne permet pas un bon référencement. Dans un site html (optimisé pour le référencement et facilement adminiqtrable) on peut inclure des objets flash esthétiques et/ou ludiques pour animer le site.

TIPS : JAVASCRIPT : beaucoup de menus de sites web utilisent du javascript non optimisé (ou pire : du java), que google peut difficilement lire : Google ne pourra pas indexer les pages profondes de votre site. 

TIPS  : Frame, iFrame : même si Google s’est beaucoup amélioré sur ce point, cela reste un facteur bloquant pour l’indexation de votre site.

3/ La création de liens entrants

L’un des critères utilisés par Google pour définir si l’une de vos pages est pertinente pour un mot clé, est le nombre de pages pointant un lien vers votre site en général, et vers chacune de vos pages en particulier.

Les liens entrants ayant la meilleure pondération sont ceux provenant de pages dans la même thématique, d’autorité, le lien étant inclus dans le texte d’une page.

Cela implique plusieurs choses :
 Les liens provenant de pages partenaires saturées n’ont aucun intérêt pour Google
 Les liens dans le footer ont de moins en moins d’intérêt
 Les liens provenant d’obscurs blogs auront beaucoup moins de poids qu’un lien provenant d’un site d’autorité (sites médias, sites de référence, etc.) 

Les annuaires : la source la plus simple, ce sont des sites qui listent les annuaires selon divers critères.

Les communiqués de presse : Il est possible de rédiger des communiqués de presse sur des sites dédiés. Ces sites de communiqués de presse ne sont pas lus par des journalistes, ce sont plutôt des annuaires améliorés, optimisés.

Les digg-like : un bon moyen de donner du jus à vos communiqués de presse.

Les échanges d’articles et/ou le guest blogging : Vous écrivez un texte à propos du site partenaire sur le votre, et celui-ci fait de même, les liens éventuels étant intégrés dans les textes.

Google Adresse : Pour les entreprises adressant un marché local, ce service permet d’afficher votre service aux personnes se situant dans votre zone géographique qui tapent votre expression clef dans le moteur de recherche.

Google Shopping : Comme Google Adresse, ce service spécifique va prendre de plus en plus d’ampleur et de visibilité en 2012, essentiel pour présenter vos produits.

4/ Les médias sociaux, le SMO

L’étape suivante, pour aller plus loin, serait de fédérer une communauté autour de votre marque et/ou votre thématique, via un blog par exemple.

Coupler ce blog à une page Facebook, un compte Twitter, une chaine Youtube ... être suffisament percutant et utile pour les visiteurs : ils vous le feront savoir et partageront (éventuellement) vos contenus...

Cette approche a fait naître un nouveau métier : community manager

Ne pas hésiter à créer un compte sur les principaux réseaux sociaux pour tester les fonctionnalités et possibilités. Vous pouvez aussi demander à un membre de l'Association Forma Web l'accès aux comptes réseaux sociaux. (Nous possédons des comptes FB, twitter, google+, viadéo ...)